Lê Qúy Đôn

23 Tháng Năm 20143:36 SA(Xem: 3282)

L Ê Q U Ý Đ Ô N

(1726 – 1784)

 

 

Originaire du village de Duyên Hà, province de Thái Bình. Reçu docteur en 1752.

 

C’était le plus grand érudit de l’ancien temps. Il a laissé une œuvre immense en littérature chinoise, englobant des commen-taires des livres classiques, des études sur la langue, l’histoire, la géographie et enfin des poèmes. Mais il a relativement peu écrit en nôm. En cette langue, il a seulement, en manière d’amusement, traité certains sujets futiles sur le modèle des genres littéraires demandés aux examens : le kinh nghĩa (commentaire de texte) et le văn sách (questionnaire). Ci-dessous nous donnons un de ces écrits qui présente un double intérêt :

1/. Celui de montrer l’engouement du peuple pour les lettres, mais un engouement motivé uniquement par les honneurs et richesses auxquels seul donnait accès le succès aux examens littéraires, ce qui corrobore la sévère critique de Phạm Đình Hổ sur l’instruction au déclin de la dynastie des Lê, que nous reproduirons plus loin.

2/. Celui de montrer un modèle de littérature usitée dans les examens (văn chương cử nghiệp). Evidemment une traduction est incapable de montrer toutes les difficultés et les embuches de ce genre de littérature, mais du moins elle peut en faire ressortir le vide d’idées originales. Il est effarant de penser que cette littérature creuse et conventionnelle ait pu servir à apprécier le talent des candidats à bien administrer le pays.

 

 Câu hỏi

 

Vấn : Lấy chồng cho đáng tấm chồng, bõ công trang điểm má hồng răng đen.

Truyện rằng :Chẳng tham ruộng cả ao liền, tham về cái bút cái nghiên anh đo.

Kim khảo : Dài lưng tốn vải, ăn no lại nằm, tằng kiến ư thiên vạn nữ nhi chi nghị

; bất tri hà sở thủ ư anh đồ, nhi quyến luyến nhược thị rư ?

Thí vị trần chi, dĩ quan xuân hoài tình tự.

 

 Bài làm

 

Em nghe rằng : Sen ngó đào tơ, may gặp hội hôn nhân chi phải lứa ; chả chim cơm trắng, vẫn là mong giải cấu chi tốt đôi ; chọn mặt gửi vàng, dẫu ý ai cũng vậy.

Nay vâng lời sách hỏi mà lược bầy ra :

Trộm nghĩ rằng : Rồng bay còn đợi đám mây, bắn bình tước phải đợi tay anh hùng. Lấy chúng em chi má đỏ hồng hồng, răng đen nhưng nhức, chẳng những muốn cô tú dì nho chi dự, vẫn là mong chồng loan vợ phụng chi chung tình. Nếu mà cú đậu cành mai, thời công trang điểm chẳng hoài lắm ru ? Vậy nên sớm gửi tơ duyên, ai là chẳng ngọc đá, vàng thau chi lừa lọc.

Nay xét phương ngôn chị em bạn gái nói chuyện rằng : Chẳng tham ruộng cả ao liền, tham về cái bút cái nghiên anh đồ.

Ý trộm nghĩ rằng : Ngọc còn đợi giá, vàng chẳng lộn thau. Cây gỗ lim chìm, quyết chẳng nỡ mang làm cọc giậu ; hoa đào tươi tốt, hẳn không đem bán cho lái buôn. Cam đường với quả quít hôi, cũng cân nhắc ba đồng một, một đồng đôi chi giá.

Thử ngó coi : Ruộng sâu ao cả, chàng nông kia trọc phú những khoe giầu ; song Vương Khải, Thạch sùng đã từng đấu phú, rổi cũng giương mắt ếch ư của đời người thế chi thu.

Nghiên ruộng bút cày, anh đồ nọ chi đa văn không ngại khó ; kìa Mãi Thần, Mông Chính có lẽ tràng bần, rồi cũng bổng cánh hồng ư bĩ cực thái lai chi hội.

Nông nhì sĩ nhất, lẽ ấy đã rành.

Vả : Chân lấm tay bùn, chàng nông nãi vũ phu chi cục kịch, lấy yếm thắm chỉ đào chi tha thướt, giá thể mà mang bầu xách lọ, sao cho cam hạt ngọc để ngâu vầy.

Miệng vàng dạ gấm, anh đồ là quân tử chi dịu dàng, lấy môi son má phấn chi nhởn nhơ, giá thể mà sửa túi nâng khăn thì mới đáng cành ngô cho phụng đậu.

Vậy có thơ rằng :

 Dẫu có bạc vàng trăm vạn lạng,

 Chẳng bằng kinh sử một vài pho.

Lại có thơ rằng :

 Gươm trời chi để tay phàm tuốt,

 Búa nguyệt sao cho đứa tục mài.

Vả : Tiếng tăm con gái, nết na học trò, nên em nghĩ duyên em, em nghĩ tình em, lại tưởng đến anh đồ chi sự nghiệp. Đèn xanh một ngọn, án tuyết ân cần, quyển vàng mấy con, cửa huỳnh gióng giả.

Còn trong trần lụy, anh đồ là vi vũ chi giao long, may khoa thi mà kim bảng dề danh, tức hôm nọ chi hàn nho mà hôm nay đã Bảng Nhỡn, Thám Hoa chi đài các, em phỏng có duyên ưa lá thắm, thời trước voi anh sau võng thiếp, cũng thỏa đời ư võng lọng chi nghênh ngang.

Đương thủa hàn vi, anh đồ là tại sơn chi hổ báo, gặp vận thái mà thanh vân đắc lộ, tức bữa tê chi tiện sĩ mà bữa ni đã thượng thư, Đô đốc chi phong lưu ; em phỏng như phận đẹp chỉ hồng, thì anh quan cả, thiếp hầu bà, cũng sướng kiếp ư ngựa xe chi đủng đỉnh.

Huống chi : Kinh sử lầu thông, anh đồ chi tài học, đã sẵn tay kinh tế ; tuy có dài lưng tốn vải, bây giờ đã đai vàng áo gấm chi bảnh bao.

Tài năng rất mực, anh đồ chi duyên phận, gặp lúc long vân ; tuy có ăn no lại nằm, bấy giờ đã cơm chúa võng đào chi chểnh chện.

Gương trời vằng vặc, sáng soi nhà vàng gác tía chi linh lung ; lộc nước miên miên, súc tích gấm cuốn vàng cân chi ban cấp.

Như thế thì : Chồng quan sang, vợ hầu đẹp, ai chẳng khen nhất thế chi thần tiên ; danh phận cả, bổng lộc nhiều, thế mới thỏa tam sinh chi hương hỏa. Khởi vô sở thủ ư anh đồ tai ?

Vậy nên : Yếm trắng nước hồ, vã đi vã lại, chỉ mong anh nho sĩ chi yêu đương. Miệng ong lưỡi én, uốn ngược uốn xuôi, cũng mặc giọng thế gian chi mai mỉa.

Em nay : Tuổi mới trăng tròn, tiết vừa hoa nở, vâng lời sách hỏi, giãi hết niềm đơn. Em cẩn thưa.

 (Quốc văn trích diễm, page 187)

 

 Questionnaire

 

Sujet : Avoir un mari digne des soins qu’elle se donne pour acquérir des joues roses et des dents laquées 1, tel est le rêve de toute jeune fille.

Or, il est dit que certaines jeunes filles méprisent les rizières et les étangs pour convoiter seulement le pinceau et l’encrier du lettré.

Mais il est avéré aussi que des milliers de jeunes filles reprochent au lettré d’avoir une longue échine qui réclame beaucoup d’étoffe, et de se reposer sans rien faire après avoir bien mangé. Qu’a donc le lettré pour vous séduire ?

Que le candidat expose sur ce point les vœux de son rêve de printemps.

 

 Devoir

 

J’ai entendu dire que la jeune fille parvenue à l’âge de puberté est pareille à un bourgeon de lotus ou une pêche verte ; qu’elle n’aspire alors qu’à contracter une union aussi bien assortie que celle du pâté d’oiseau et du riz blanc 1 et qu’elle met tous ses soins à choisir son mari comme le commerçant choisit une personne sure à qui confier son or.

Au questionnaire qui a été posé, je réponds ceci :

Je pense que le dragon qui veut s’envoler doit attendre un nuage suffisamment étendu pour ses évolutions, et que l’honneur d’atteindre le passereau sur la cible 2 doit échoir à un héros.

Nous, jeunes filles aux joues éclatantes de rose et aux dents brillantes de laque, nous voulons non seulement avoir l’honneur d’être épouses de lettrés, mais aussi obtenir un amour merveilleux pareil à celui qui unit le phénix mâle au phénix femelle. Nos efforts pour nous faire belles ne seraient-ils pas perdus si nous laissions le hibou se percher sur la branche d’abricotier 3? C’est pourquoi dans le choix du mari, nous devons apporter tous nos soins comme pour distinguer le diamant de la pierre, ou l’or du bronze.

Il entre dans la conversation courante de mes compagnes qu’elles méprisent les rizières et les étangs pour convoiter seulement le pinceau et l’encrier du lettré.

 

--------

1 Aliments de choix.

2 Dâu Nghi dont la fille très belle fut demandée en mariage par plusieurs prétendants, s’adressa à ceux-ci en dessinant un passereau sur le paravent :

“Je donnerai ma fille à celui qui atteindra le passereau avec une flèche”.

3 C’est-à-dire épouser un homme indigne.

Pourquoi ? Parce que le diamant ne doit être vendu qu’à celui qui en connait le prix, et que l’or ne saurait être pris pour du bronze. Le bois de fer solide ne doit pas être employé à faire un simple poteau, et la belle fleur de pêcher ne doit pas être vendue à un vulgaire commerçant. L’orange douce qui vaut trois sapèques pièce ne doit être confondue avec la mandarine acide qui se vend une sapèque la paire.

 

Regardez : le riche paysan illettré se vante d’avoir des rizières profondes et des étangs vastes. Mais Vương Khải et Thạch Sùng qui rivalisaient de richesses ont fini par mourir misérablement, regardant avec leurs yeux stupides de grenouilles les biens du monde.

Par contre, le lettré n’a pas à redouter la pauvreté, son encrier lui tenant lieu de rizières et son pinceau de forêts. Mai Thần, Mông Chính ne sont pas restés pauvres toute leur vie, et ont fini par s’élever au faite des honneurs comme la grue sauvage qui s’envole en plein ciel.

Depuis toujours, il a été admis que le lettré est placé avant l’agriculteur.

D’ailleurs, l’agriculteur aux mains et aux pieds souillés de boue et de nature grossière. Comment pourrions-nous, avec la grâce de nos cache-seins vermeils et de nos rubans roses, nous abaisser à porter son sac ou sa calebasse, en laissant le rustre malmener la perle ?

Mais le lettré dont la bouche parle d’or et dont les entrailles sont emplies de savoir magnifique comme du brocart, charme par son élégance. Si nous pouvions, avec nos lèvres vermeilles et nos joues fardées, l’aider à arranger sa robe ou à poser son turban, nous serions satisfaites que le phénix se pose sur le platane.

C’est pourquoi ont circulé ces vers :

 Même un million d’onces d’or et d’argent

 Ne valent pas quelques volumes de livres classiques.

et ces autres :

 L’épée céleste ne se laisse pas tirer

 Ni la hache lunaire1 aiguiser par des hommes vulgaires.

Ainsi donc, mon amour et ma main ne peuvent être accordés qu’à un étudiant, dont je convoite de partager le magnifique avenir. Et je suis prête à accepter le milieu laborieux dans lequel il vit : une veilleuse à flamme blue

 

----

1 L’épée donnée par le souverain est appelée épée celeste. La hache qui a la forme d’un croissant de lune est appelée hache lunaire.

 

 pâle, une table où reposent quelques livres d’or, à côté d’une fenêtre où scintillent quelques lucioles.

C’est que, en vérité, le lettré encore dans l’infortune est un dragon qui attend la pluie. Si son nom figure sur le tableau d’or

des lauréats, il deviendra du jour au lendemain un savant docteur auréolé de gloire. Et si mon destin est lié au sien par la vertu d’une feuille vermeille 1, mon palanquin suivra son éléphant dans notre rentrée triomphale au village, au milieu de la pompe des étendards et des parasols.

Encore dans l’infortune, le lettré est un tigre qui se cache dans les montagnes. Si la route des nuages bleus 2 lui est ouverte, il sera du jour au lendemain ministre ou général tout puissant. Et si mon destin est lié au sien par la vertu des fils rouges, nous mènerons une vie de grands seigneurs, avec des équipages éblouissants.

Connaissant par cœur les livres classiques, le lettré possède le talent d’assurer au pays paix et prospérité. Sa longue échine qui réclame beaucoup d’étoffe ne manquera pas de tissus de brocart ni de ceintures d’or.

Etant plein de talents, le lettré n’attend que le moment où le dragon pourra évoluer dans les nuages 3. On lui reproche de ne rien faire après avoir bien mangé, mais il aura à ce moment-là à sa disposition le riz du prince et le palaquin d’or.

Les miroirs célestes4 brilleront de tout leur éclat pour éclairer notre palais étincellant d’or et de pierreries.

Les largesses royales, avec munificence, nous accorderont du brocart et de l’or en abondance.

Alors mon epoux sera un grand mandarin, et moi je serai sa femme toute belle. Tout le monde nous admirera comme un couple d’immortels sur la terre. A nous les grands honneurs et les grandes richesses, de quoi satisfaire les voeux de trois existences. Direz-vous encore que le lettré n’a rien de séduisant ?

C’est pourquoi je me fatigue à laver et à relaver mon cache-seins, dans l’espérance de conquérir l’amour d’un lettré. Tant pis pour les langues de vipère qui le dénigrent !

Je suis à l’âge de la pleine lune, au moment où la fleur vient de s’épanouir. Au questionnaire posé, j’ai répondu du fond de mon cœur. Respectueusement.



1 Autrefois les Viêtnamiens se laquaient les dents en noir, car ils chiquaient beaucoup le bétel qui aurait coloré disgracieusement des dents blanches. Vers le début de ce siècle, la nouvelle mode des dents blanches a entrainé du même coup l’abandon de l’habitude de chiquer du bétel.

1 Une concubine royale écrivit un poème sur une feuille qu’elle laissa tomber dans l’arroyo qui traversait son gynécée. La feuille fut recueillie par un poète qui écrivit à son tour un poème sur une auttre feuille qu’il alla déposer sur l’arroyo en amont du palais royal. Et la poétesse la recueillit à son tour.

 Quelques années après, à la mort du roi, toutes ses concubines furent relâchées. Le hasard voulut que le poète épousa celle avec qui il avait sans le savoir entretenu une correspondance amoureuse. Un jour, en se racontant leur vie passée, les deux époux découvrirent la merveilleuse aventure en se montrant l’un à l’autre les feuilles qu’ils avaient conservées, et qui avaient été le premier messager de leur amour.

2 La route des honneurs, la carrière mandarinale.

3 C’est-a- direrencontrer un prince qui sache l’apprécier.

4 Le soleil et la lune

Gửi ý kiến của bạn
Tên của bạn
Email của bạn
09 Tháng Mười Hai 2018(Xem: 43)
02 Tháng Mười Hai 2018(Xem: 64)
25 Tháng Mười Một 2018(Xem: 120)
18 Tháng Mười Một 2018(Xem: 111)
11 Tháng Mười Một 2018(Xem: 137)
30 Tháng Mười 2018(Xem: 165)
21 Tháng Mười 2018(Xem: 215)
10 Tháng Mười 2018(Xem: 266)
03 Tháng Mười 2018(Xem: 268)
Bài mới nhất
30 Tháng Mười Một 2018
Sáng tác: Dương Đình Hưng; Hòa âm & Phối khí: Quang Phúc; Trình bày: Uyên Di.
Hội nhập | Ghi Danh
KHÁCH VIẾNG THĂM
292,875