Second Partie: Les Chants Populaires

21 Tháng Năm 201412:38 SA(Xem: 3642)

I.Prosodie

 

 

Les chansons populaires peuvent employer toutes les formes de vers :

 

 

a) La plus simple est le nói lối, usité au théâtre pour réciter un rôle sans recourir au chant. Le nói lối est en général formé de vers de quatre mots, dans lesquels le dernier mot du premier vers rime avec le second ou le dernier mot du vers suivant. En voici un échantillon :

Lậy trời mưa xuống Lấy nước tôi uống Lấy ruộng tôi cầy Cho đầy nồi cơm

Plaise au Ciel qu’il pleuve

Pour que nous ayons de l’eau à boire Pour que nous puissions cultiver nos rizières, Et pour que notre marmite de riz soit pleine !

 

 

b)Le lục bát (six-huit) ou couples de vers de 6 et 8 mots, dans lesquels le dernier mot du premier vers rime avec le sixième mot du second vers, et le dernier mot du second vers rime avec le dernier mot du premier vers du couple suivant. Exemple :

Trên trời có đám mây xanh


Ở giữa mây trắng chung quanh mây vàng

Ước gì anh lấy được nàng

Thì anh mua gạch Bát Tràng về xây

Au ciel flottent des nuages bleus

Entourant des nuages blancs, et entourés de nuages jaunes.

Si je pouvais vous épouser, Mademoiselle, J’achèterais des briques de Bát Tràng pour bâtir . . .

 

 

c)Le six-huit modifié, ayant plus de 6 ou 8 mots, mais observant toujours le même régime de rime. Dans l’exemple suivant, les mots en excédent sont mis entre parenthèses :

Bắc thang (lên) thử hỏi trăng già

Phải rằng phận gái (hạt ) mưa sa giữa trời

Je suis tentée de prendre une échelle pour atteindre la vieille lune et lui demander

Si vraiment le sort des filles est pareil à celui de la goutte de pluie tombant du ciel.

 

 

d)Le song thất lục bát (double sept et 6/8) formé de couples de vers 6/8 alternés avec des couples de vers de sept pieds. Exemple :

Bác mẹ già phơ phơ đầu bạc

Con chàng còn trứng nước thơ ngây

Có hay chàng ở đâu đây

Thiếp xin mượn cánh chắp bay theo chàng

Vos parents ont les cheveux tous blancs

Et votre enfant est comme un oiseau à peine éclos.

Ah ! si je savais où vous êtes présentement,

Je demanderais des ailes pour m’envoler auprès de vous.

 

 

e)Le song thất lục bát modifié. Exemple :

Tròng trành như nón không quai

Như thuyền không lái, như ai không chồng.

Gái có chồng như gông đeo cổ

Gái không chồng (như) phản gỗ long đanh

Phản long đanh anh còn chữa được Gái không chồng chạy ngược chạy xuôi Không chồng khốn lắm (chị) em ơi !


Vacillante comme un chapeau sans jugulaire,

Ou comme une barque sans gouvernail, telle est la situation d’une fille sans mari.

Bien entendu, la femme mariée porte une cangue au cou,

Mais la fille sans mari est comme un lit dont les clous sont détachés. Un lit dont les clous sont détachés pourrait à la rigueur être réparé, Mais une fille sans mari se démènerait en vain sans trouver une issue.

Ah ! mes pauvres amies, combien pitoyable est le sort des filles sans mari !

 

 

II. Technique de la compostion

 

 

Sous ce point de vue, les chansons populaires peuvent affecter la forme :

 

 

a) du phú, qui expose directement ce qu’il veut exprimer. Exemple :

Ba năm trấn thủ lưu đồn

Ngày thì canh điếm, tối dồn việc quan.

Chém tre đẵn gỗ trên ngàn,

Hữu thân hữu khổ, phàn nàn cùng ai ?

Miệng ăn măng trúc măng mai, Những giang cùng nứa lấy ai bạn cùng ? Durant mes trois ans de garnison à la frontière,

Le jour je dois garder le poste, et la nuit le travail administratif m’absorbe.

Couper des bambous et du bois dans la forêt, tel est mon lot, Et puisque tout être doit souffrir, à quoi bon me plaindre ?

Je n’ai à manger que des pousses de bambou ;

Isolé au milieu de la brousse, je ne sais à qui confier mes peines.

 

 

b) du tỉ, qui exprime indirectement une idée par l’intermédiaire d’une comparaison. Exemple :

Có quán tình phụ cây đa,

Ba năm quán đổ cây đa vẫn còn.

Ayant une auberge, vous négligez le banian,

Mais au bout de trois ans, l’auberge sera détruite tandis que le banian restera toujours là.

 

 

c) du hứng, qui exprime une idée à propos d’une image évocatrice. Exemple :

Quả cau nho nhỏ


Cái vỏ vân vân Nay anh học gần Mai anh học xa

Lấy em từ thủa mười ba

Đến nay mười tám đã hòa năm con

Ra đường thiếp hãy còn son

Về nhà thiếp đã năm con cùng chồng.

Toute petite est la noix d’arec, Toute veinée est l’écorce d’arbre 1

Un jour, vous étudiez près de la maison, Un autre, vous travaillez au loin.

Vous m’épousâtes alors que j’avais treize ans, J’en ai dix-huit, et cinq enfants nous sont nés déjà !

Je parais une jeune fille quand je vais au dehors,

Mais chez nous, j’ai déjà cinq enfants avec vous .

Les trois techniques : phú, tỉ, hứng, peuvent évidemment être employées conjointement dans une même chanson. Exemple :

Trong đầm gì đẹp bằng sen,

Lá xanh bông trắng, lại chen nhị vàng.

Nhị vàng, bông trắng, lá xanh

Gần bùn mà chẳng hôi tanh mùi bùn.

Dans l’étang, rien n’est plus beau que le lotus

Dont les feuilles sont vertes et les fleurs blanches avec des étamines jaunes.

Etamines jaunes, fleurs blanches, feuilles vertes,

Le lotus vit dans la boue mais n’en prend pas la mauvaise odeur.

 

 

Cette chanson, tout en décrivant le lotus (phú), le compare au sage (tỉ) qui conserve sa droiture au milieu des souillures du monde.

Qua cầu ngả nón trông cầu,

Cầu bao nhiêu dịp dạ sầu bấy nhiêu.

En traversant le pont, j’enlève mon chapeau pour le regarder, Autant de travées il a, et d’autant de chagrins souffre mon coeur.

 

 

 

 

 

 

1 La chique de bétel comprend : un quartier de de noix d’arec, un peu de chaux, une feuille de bétel et un fragment d’écorce d’un arbre spécial.


L’auteur de cette chanson, en traversant un pont (phú), s’en inspire pour exprimer l’étendue de son mal d’amour (hứng).

 

 

III. Air musical

 

 

Les chansons populaires peuvent être chantées suivant de très nombreux airs musicaux, dont voici les principaux :

- le hát sẩm, air des chanteurs aveugles. Il en existe deux variétés le xẩm chợ, chanté au marché par les vrais chanteurs aveugles, et le xẩm nhà trò, chanté par les chanteurs professionnels.

- le hát đò đưa et le hò mái đẩy, qui sont des airs de batelier.

- le hát giao duyên, ou duo d’amour.

- le hát quan họ, un air spécial en faveur dans certaines provinces du Nord

Vietnam.

- le hát trống quân, qui était primitivement chanté par les soldats au rythme du tambour, puis transformé en un air populaire ponctué par les vibrations d’un fil d’acier tendu entre deux touques de fer-blanc formant caisse de résonance.

- le hát ru em, ou berceuse , etc, etc.

 

 

Nous n’aborderons pas l’analyse de ces différentes chansons, qui relève de la compétence du musicien et non du littérateur.

 

 

IV. Classification

 

 

Les caractéristiques qui précèdent peuvent évidemment servir d’armature pour une classification méthodique des chansons populaires. Il nous paraît toutefois plus rationel, à notre point de vue, de classer celles-ci d’après leur objet, comme nous l’avons fait pour les proverbes.

 

 

En ces deux formes de littérature populaire traitant des mêmes sujets, comme nous l’avons exposé dans l’avant-propos, nous aurions du logiquement adopter pour les chansons populaires la classification des proverbes. Toutefois, il y a une différence : alors que le proverbe vise à enseigner, la chanson vise à émouvoir. Il est donc naturel que certains sujets soient plus abondamment traités par les proverbes que par les chansons, et vice versa. Pour équilibrer les différentes catégories de chansons, nous sommes ainsi amenés à adopter la classification suivante :


1. Chansons morales

2. Chansons sentimentales

3. Chansons instructives.

 

 

À ces trois catégories, nous adjoindrons une quatrième qui comprend les chansons à caractère spécial :

- les berceuses (ru em, ru con)

- les chansons d’enfants (đồng dao)

- les devinettes (câu đố)

- les joutes chantantes (hát thi)

Gửi ý kiến của bạn
Tên của bạn
Email của bạn
Hội nhập | Ghi Danh
KHÁCH VIẾNG THĂM
426,739