Chapitre Premier: Préceptes De Morale

21 Tháng Năm 201412:33 SA(Xem: 3462)

Dans la masse importante des préceptes de morale que nous a légués la sagesse populaire, nous voyons se dessiner nettement deux tendances opposées :

- l’une, dogmatique, qui pourrait se réclamer de la meilleure doctrine confucéenne

- l’autre, utilitaire, qui prendrait plutôt sa source dans l’intérêt personnel.

 

 

Il ne faut point croire pour cela que les préceptes de morale dogmatique n’ont apparu qu’après l’introduction du Confucianisme au Vietnam. Cette doctrine n’a fait en effet que codifier et systématiser des règles morales qui naissent nécessairement dans la société humaine parvenue à un certain stade de développement économique. La société vietnamienne antique, aussi bien que la société chinoise antique, vivait de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de la chasse, à des degrés techniques différents, il est vrai. L’accom- plissement de ces divers travaux exigeait impérieusement une organisation sociale fondée sur l’autorité du pater familias, le droit de propriété, le droit de succession, le respect de la parole donnée, la solidalité, la charité, etc. Il s’ensuit que très vraisemblablement beaucoup de préceptes de morale dog- matique ont précédé le Confucianisme au lieu de s’en inspirer. Il n’en demeure pas moins vrai que le Confucianisme, qui est une vaste synthèse cohérente des idées déjà existantes et de nombreuses autres à acquérir, a exercé une influence profonde sur le peuple Vietnamien après son intro- duction au Vietnam.

 

 

Si donc nous disions plus haut que la morale dogmatique pourrait se réclamer de la meilleure doctrine confucéenne, nous voulions simplement dire


qu’elle s’alignait sur le Confucianisme et non pas qu’elle en tirait exclu- sivement ses origines.

 

 

Section I . MORALE DOGMATIQUE

 

 

1. Bien qu’en général illettré, l’homme du peuple vouait une admiration sans bornes au Confucianisme enseigé dans les écoles, et dont l’étude ouvrait la voie aux plus hautes charges de l’Etat. Sa vénération était même poussée au point d’en devenir superstitieuse.

Một chữ thánh, một gánh vàng

Un précepte du Saint Maître, c’est une charge d’or.

 

 

Et s’il rencontrait à la maison ou dans la rue un bout de papier barbouillé de caractères, il s’empressait de le ramasser pour le bruler respectueusement, au lieu de le jeter dans la boîte à ordures.

 

 

Cette vénération pour le Confucianisme, qui s’explique en partie, comme nous l’avons vu plus haut, du fait qu’il est merveilleusement adapté au genre de vie du peuple Vietnamien, sera encore accrue par les faveurs excep- tionnelles dont la monarchie absolue le comblera. Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner si les principaux dogmes de la morale confucéenne étaient très bien acceuillis par l’homme du peuple. Passons-les rapidement en revue.

 

 

L’éducation confucianiste visait à rendre le disciple capable de :

- se perfectionner : tu thân

- bien diriger sa famille : tề gia

- administrer le pays : trị quốc

- pacifier l’empire : bình thiên hạ.

 

 

Nous suivrons cet ordre, en faisant remarquer toutefois que les affaires politiques regardaient seulement les lettrés, tandis que le commun peuple s’en désintéressait à peu près complètement, comme en fait foi le proverbe suivant

:

Thành đổ đã có chúa xây

Việc gì gái góa lo ngày lo đêm ?

Si la citadelle est détruite, c’est au prince de la reconstruire ; Qu’a besoin la veuve de s’en inquiéter jour et nuit ?


 

 

Cette attitude était diamétralement opposée à celle des lettrés qui répétaient volontiers :

Quốc gia hưng vong, thất phu hữu trách

Même le plus humble citoyen a sa part de responsabilité dans la prospérité ou la décadence de sa patrie.

 

 

Nous verrons plus tard les raisons de cette divergence de vues. Pour le moment, nous nous bornerons à étudier, dans les préceptes de morale dogmatique, trois sections seulement :

- les devoirs envers soi-même,

- ceux envers la famille,

- et ceux envers la société.

 

 

I.- Devoirs envers soi-même

 

 

Nous les classerons en trois groupes :

- les devoirs physiques,

- les devoirs moraux,

- et les devoirs économiques.

 

 

a) Devoirs physiques.

 

 

Une âme saine dans un corps sain, ce double but de l’éducation hellénique ne fut pas, il faut le reconnaître, conçu en parfait équilibre par notre peuple, chez qui le spirituel avait tendance à prédominer le corporel. Aussi ne faut-il pas chercher dans nos anciens proverbes des exhortations à la culture physique, réservée exclusivement à quelques athlètes ambitionnant la gloire des armes. Tout au plus y trouve-t-on quelques préceptes conseillant la propreté et la tempérance ; encore y décelons-nous une préoccupation plus morale que physique.

 

 


La propreté :


 

1Đói cho sạch

ch cho thơm

Même affamé, reste propre,


Et que tes vêtements, même déchirés, sentent bon.


 

 

2Nhà sạch thì mát

Bát sạch ngon cơm.

Une maison propre donne la fraîcheur, Un bol propre donne l’appétit.

 

 


La tempérance :


 

3Ăn ít ngon nhiều


À manger peu, on apprécie mieux la saveur des aliments.

 

 

4Tửu nhập ngôn xuất

Quand l’alcool entre, les paroles sortent.

 

 

b) Devoirs moraux

 

 

Par contre, les conseils moraux abondent, dont l’étude attentive révèle les tendances mentales essentielles de notre race, profondément imprégnée de culture confucéenne et bouddhique.

 

 

C’est d’abord l’intégrité, la pureté de l’âme :

5Giấy rách giữ lấy lề

Si un livre a des feuilles déchirées, il faut d’autant plus avoir soin de sa reliure.

 

 

6. Tốt danh hơn lành áo

Bonne réputation vaut mieux que beaux habits .

 

 

7. Trâu chết để da

Người ta chết để tiếng.

Le buffle laisse sa peau en mourant

L’homme mort laisse sa réputation .

 

 

8Sống đục sao bằng thác trong

Mieux vaut mourir pur que vivre souillé.

 

 

Pour conserver cette pureté de l’âme, la condition primordiale est évidemment la franchise :


9. Ăn mặn nói ngay

Còn hơn ăn chay nói dối Manger de la viande en disant la vérité Vaut mieux que faire maigre et mentir.

 

 

10. Một câu nói ngay

Bng làm chay cả tháng.

Une parole franche

Vaut tout un mois de prières.

 

 

11. Một lời nói dối

Sám hối bẩy ngày. Pour expier un mensonge

Il faut sept jours de pénitence.

 

 

Nos pères n’ignoraient pas combien la chair est faible, et que l’homme le plus honnête peut se laisser entrainer par ses appétits à se mal conduire. Aussi conseillaient-ils sagement la modération des désirs comme un frein à toutes les activités coupables :

12.Có hoa mừng hoa

Có nụ mừng nụ .

Soyons satisfaits d’avoir une fleur,

Soyons aussi satisfaits de n’avoir qu’un bouton.

 

 

Cela n’implique pas que notre ancienne éducation ne voulait former que des individus efféminés, prêts à courber la tête devant les coups du sort ou les injustices des hommes. S’il est sage de savoir se contenter de peu, il est lâche d’abdiquer toute volonté et toute persévérance :

 

 

13.Chớ thấy sông cả

Mà ngã tay chèo

C’est au milieu du grand fleuve

Qu’il faut maintenir ferme le gouvernail .

 

 

14.Có chí làm quan

Có gan làm giầu

Avec de la volonté, on peut accéder au mandarinat ;


Avec de l’audace, on peut devenir riche.

 

 

15.Còn nước còn tát

Il faut continuer à irriguer tant qu’il reste de l’eau .

 

 

16.Hữu chí cánh thành

Le succès couronnera l’effort

 

 

17. Thua keo này

Bày keo khác

Vaincu dans un match,

On peut prendre sa revanche dans un autre .

 

 

18. Nước chảy đá mòn

À force de couler, l’eau finit par user la pierre .

 

 

19. Công nợ trả dần

Cháo húp quanh bát

On paiera graduellement ses dettes

Comme on arrive à manger une soupe chaude en en absorbant lentement tout autour du bol .

 

 

Cette volonté et cette persévérance doivent en particulier s’exercer dans le travail et l’étude.

20. Giầu đâu những kẻ ngủ trưa

Sang đâu những kẻ say sưa tối ngày.

La richesse ne vient pas à ceux qui se lèvent tard,

Ni les honneurs à ceux qui s’enivrent du matin au soir.

 

 

21. Ăn nễ ngồi không

Non đồng cũng lở

Si tu ne fais que manger sans travailler,

Même une montagne de cuivre que tu posséderais serait bientôt épuisée.

 

 

22. Tấc đất tấc vàng

Un pouce de terrain, c’est un pouce d’or.


23. Hay học thì sang

Hay làm mới có

À force d’étudier, on parvient aux honneurs ; À force de travailler, on parvient à la fortune.

 

 

24. Có đi mới đến

Có học mới hay

Pour arriver à un endroit, il faut y aller ; Pour être savant, il faut étudier.

 

 

25. Một kho vàng

Không bằng một nang chữ

Un trésor rempli d’or

Ne vaut pas un ventre rempli de lettres.

 

 

26. Dao có mài mới sắc

Người có học mới khôn

De même que le couteau ne devient tranchant que s’il est souvent aiguisé, L’homme ne devient sage que s’il se livre à l’étude.

 

 

Mais aurait-on acquis la fortune grâce au travail, à l’étude ou à la chance, cette fortune serait rapidement dissipée si l’on ne savait la préparer et la conserver par la prévoyance et l’épargne, qualités essentiellement paysannes :

27. Kiến tha lâu cũng đầy tổ

Petit à petit, la fourmi remplit sa fourmilière ( de provisions).

 

 

28. Làm khi lành

Để dành khi đau

Travaille pendant que tu es en bonne santé

Pour avoir de quoi vivre quand tu tomberas malade.

 

 

29. Ăn mắm thì ngắm về sau

En mangeant de la saumure, pense à la soif qui t’attend .

 

 

30. Ăn tối lo mai

En prenant ton repas du soir, pense à gagner celui du lendemain matin .


II.- Devoirs envers la famille

 

 

La famille vietnamienne, jusqu’au début de ce siècle et même jusqu’à la grande révolution sociale et littéraire de 1930, était très fortement charpentée. Et il n’était pas rare de voir trois ou même quatre générations vivre sous le même toit, sous l’autorité suprême du pater familias. L’individu n’était rien en effet dans notre société antique, et ne pouvait se développer pleinement qu’au sein de deux communautés, l’une constituée par les liens du sang, qui était la famille, l’autre englobant tous ceux qui vivaient sous les mêmes lois et coutumes, et qui était en petit la commune et en grand la patrie.

 

 

Devoirs des parents envers leurs enfants :

31. Yêu cho vọt

Ghét cho chơi

Si tu aimes tes enfants, donne-leur des coups de rotin ; Si tu les détestes, laisse-les s’amuser.

 

 

32. Con dại cái mang

La mère est responsable des sottises de ses enfants.

 

 

33. Con hư tại mẹ

Cháu hư tại bà

Si l’enfant est mal élevé, c’est la faute à sa mère ;

Si le petit-enfant est mal éduqué, c’est la faute à sa grand’maman.

 

 

Devoirs des enfants envers leurs parents :

34. Công cha như núi Thái sơn

Công mẹ như nước trong nguồn chảy ra

Les bienfaits de ton père sont immenses comme le mont Thái

Et ceux de ta mère sont infinis comme l’eau qui coule de la source.

 

 

35. Cá không ăn muối cá ươn

Con cưỡng cha mẹ trăm đường con hư.

Comme le poisson non salé se corrompt, L’enfant désobéissant finira mal.


choisir son conjoint. La morale confucéenne exigeait en effet de s’en remettre complètement à la décision des parents :

36. Cha mẹ đặt đâu

Con phải ngồi đấy. Où les parents les mettent,

Les enfants doivent s’asseoir .

 

 

Néanmoins, le doux caractère de la race conseillait en général aux parents de ne pas trop violenter les inclinations de leurs enfants :

37. Ép dầu ép mỡ

Ai nỡ ép duyên

On peut presser les graines oléagineuses et le lard, Mais qui aurait le coeur de forcer le mariage ?

 

 

Devoirs de la femme envers son mari :

38. Thuyền theo lái

Gái theo chồng.

Comme la barque suit son gouvernail

La femme doit suivre son mari .

 

 

Devoirs des frères et soeurs entre eux :

39. Anh em như chân như tay.

Les frères sont comme les membres d’un même corps.

 

 

40. Lọt sàng xuống nia

Ce qui passe à travers le tamis sera recueilli par le van.

(C’est-à-dire qu’on ne doit pas s’inquiéter si un frère est avantagé au détriment d’un autre, en particulier dans le partage du patrimoine paternel).

 

 

41. Chị ngã em nâng

Đừng thấy chị ngã em bưng miệng cười.

Si ta soeur tombe, soutiens-la

Et ne ris pas en te voilant la bouche.

 

 

42. Anh em khinh trước

Làng nước khinh sau .


Que les frères s’exposent au mépris des gens du village .

 

 

Devoirs envers la grande famille :

43. Máu loãng còn hơn nước lã

Du sang dilué est préférable à de l’eau pure.

(un cousin éloigné est préférable à un étranger)

 

 

 

 

44. Một giọt máu đào

Hơn ao nước lã.

Une goutte de sang rouge

Vaut mieux qu’une mare de l’eau claire.

(L’affection d’un seul membre de la famille vaut mieux que celle de tout un groupe d’étrangers)

 

 

45. Sẩy cha còn chú

Sy mẹ bú dì

À défaut du père, l’oncle nous protège ;

À défaut de la mère, la tante nous donne son sein .

 

 

46. Sẩy vai xuống cánh tay

Ce qui tombe de l’épaule arrive au bras.

 

 

47. Môi hở răng lạnh

Quand les lèvres sont découvertes, les dents ont froid.

 

 

48. Tay đứt ruột sót

Quand la main saigne, les entrailles ressentent la douleur.

 

 

III.- Devoirs envers la société

 

 

À présent, dans les villes, les locataires d’un même immeuble sont des étrangers les uns pour les autres. Il n’en était pas de même au temps jadis où tous les habitants d’une même commune se connaissaient intimement, se sentaient solidaires les uns des autres. Les saints devoirs de l’hospitalité, de la charité, de la reconnaissance se perdent de plus en plus dans notre société


inévitable de la situation anarchique et violente où nous vivons, et nous ne pouvons qu’adresser une pensée émue au bon vieux temps en relisant ces proverbes qui feraient sourire de pitié bien de nos contemporains, mais qui seront de nouveau en honneur, nous en avons la ferme conviction, lorsque notre malheureux pays aura traversé la cruelle épreuve actuelle.

 

 

L’humanité et la charité :

49. Làm phúc cũng như làm giầu

Venir en aide aux autres, c’est s’enrichir.

 

 

50. Miếng khi đói

Bằng gói khi no.

Un morceau donné à un affamé

Vaut un paquet donné à celui qui n’a plus faim.

 

 

51. Dù xây chín đợt phù đồ

Không bằng làm phúc cứu cho một người

Edifier une stupâ à neuf étages

Est moins méritoire que porter secours à un malheureux.

 

 


L’hospitalité :


 

52. Lo chật bụng

Lo chi chật nhà

Crains d’avoir un coeur étroit


Plutôt que de craindre d’avoir une maison trop étroite.

(pour acceuillir ceux qui viennent demander l’hospitalité)

 

 


La solidarité :


 

53. Một con sâu làm dầu nồi canh


Un seul ver suffit à corrompre toute une marmite de soupe.

 

 

54. Một con ngựa đau

Cả tàu chê cỏ

Quand un cheval tombe malade

Toute l’écurie refuse l’herbe.


55. Trâu chết, bò cũng lột da

Quand le buffle est tué, le boeuf sera aussi écorché.

 

 

56. Ngựa chạy có bầy

Chim bay có bạn

Les chevaux galopent en troupe, Les oiseaux volent en bande.

 

 


La reconnaissance :


 

57. Ăn cây nào

Rào cây ấy.

L’arbre dont tu manges les fruits, Clôture-le soigneusement.


 

 

58. Ăn quả nhớ kẻ giồng cây

Pense à celui qui a planté l’arbre dont tu manges les fruits.

 

 

59. Uống nước nhớ nguồn

En buvant l’eau, pense à sa source .

 

 

Section II. MORALE UTILITAIRE

 

 

Beaucoup plus instructifs que les préceptes de la morale dogmatique sont ceux de la morale utilitaire. Les premiers, en effet, ne sont que l’adaptation populaire de l’enseignement des lettrés, tandis que les seconds sont véritablement la voix du peuple, la traduction fidèle de ses idées et sentiments.

 

 

I.- Préceptes réalistes.

 

 

Ils englobent toutes sortes de sujets. C’est à proprement parler l’encyclopédie de la sagesse populaire, le vade-mecum de ce que nous appellerions aujourd’hui les “Publiques Relations”. Essayons d’y glaner quelques aphorismes.


Rien n’est plus ridicule ni plus détestable que de se prendre pour un phénix alors qu’on n’est qu’un âne. Les anciens l’ont compris et l’ont expliqué aux jeunes :

60. Khôn cho người rái Dại cho người thương Dở dở ương ương

Chỉ tổ người ghét .

Le sage donne l’exemple aux autres , L’ignorant doit accepter de l’être pour être toléré.

Le sot qui ne sait pas qu’il est

Se fait détester de tout le monde.

 

 

Le choix du conjoint est l’affaire la plus importante de la vie, celle dont dépendra le bonheur ou le malheur de toute votre vie. C’est pourquoi il faut y mettre un soin extrême :

61. Lấy vợ xem tông

Lấy chồng xem giống.

Avant de prendre une femme, on doit s’enquérir de ses aïeux, Avant de prendre mari, on doit s’enquérir de sa race.

 

 

62. Dâu dữ mất họ

Chó dữ mất láng giềng

Un bru méchante fait perdre la parenté

Comme un chien méchant fait perdre le voisinage .

 

 

63. Nồi nào vung ấy

À chaque marmite son couvercle .

(il faut choisir son conjoint dans sa classe social)

 

 

 

 

64. Cái nết đánh chết cái đẹp

Vertu passe beauté.

 

 

Une fois marié, vous devez diriger votre famille avec tendresse mais fermeté. Et le plus simple moyen d’y parvenir est de s’y prendre le plus tôt possible :

65. Uốn cây từ thủa còn non


Dạy con từ thủa hãy còn thơ ngây

Il faut courber les arbustes quand ils sont encore tendres,

Et éduquer les enfants lorsqu’ils sont encore dans l’innocence.

 

 

66. Dạy con từ thủa còn thơ Dạy vợ từ thủa bơ vơ mới về Eduque tes enfants dès leur jeune âge

Et ta femme dès le moment où elle entre, encore dépaysée, dans ta maison.

 

 

Vous voilà donc lancé dans la vie. Pour vous y guider, rien ne vaut l’expérience vécue :

67. Có dại mới nên khôn

C’est par les sottises commises qu’on apprend à devenir sage.

 

 

68. Học bất như hành

L’étude théorique ne vaut pas l’expérience pratique.

 

 

69. Trăm hay không bằng tay quen

Expérience passe savoir.

 

 

70. Đi một ngày đàng

Học một sàng khôn.

Un jour de voyage

Fait gagner un panier de sagesse.

 

 

71. Hơn một ngày

Hay một chước

Être plus âgé d’un jour,

C’est avoir une dose d’expérience en plus .

 

 

72. Bẩy mươi học bẩy mốt

Le vieillard de 70 ans a intérêt à apprendre du vieillard de 71 ans.

 

 

Et cette expérience vous fournira mille recettes utiles pour réussir dans la vie. Êtes-vous faibles individuellement ? La solidarité peut faire de votre groupe une force :


73. Một cây làm chẳng nên non

Ba cây chụm lại nên hòn núi cao

Un arbre isolé ne fait pas une colline

Mais trois arbres rassemblés font une haute montagne.

 

 

74. Khôn độc không bằng ngốc đàn

Un sage solitaire ne vaut pas une bande de sots.

 

 

 

 

75. Mạ nhờ nước

Nước nhờ mạ

Les jeunes plants de riz ont besoin d’eau (pour pousser)

En retour, l’eau a besoin des plants de riz (pour rester fraîche).

 

 

Mais attention! Il ne s’agit pas de fréquenter le premier venu, qui pourrait être un sot ou un méchant car :

76. Ở bầu thì tròn

Ở ống thì dài

On devient rond dans une calebasse

Et étiré dans un tube.

 

 

77. Gần mực thì đen

Gn đèn thì sáng

Près de l’encre on se noircit, Près de la lampe on est éclairé.

 

 

78. Gần lửa rát mặt

À être près du feu, on a le visage brûlé.

 

 

79. Học thầy không tầy học bạn

On apprend plus de ses camarades que de son maître.

 

 

En tous cas, pour éviter les ennuis autant que possible, soyez prudent dans vos paroles :

80. Tai vách mạch rừng

Les murs ont des oreilles, les cloisons ont des trous.


 

 

81. Ăn có nhai

Nói có nghĩ

Comme tu mâches en mangeant, Réfléchis en parlant.

 

 

82. Một lời nói, một gói vàng.

Một lời nói, một gói tội.

Une parole vaut un paquet d’or,

Mais quelquefois aussi, c’est un paquet de péchés.

 

 

83. Ăn bớt bát

Nói bớt lời

Tu ferais bien de manger un bol de riz en moins, Et de dire une parole en moins.

 

 

84. Ăn lắm thì hết miếng ngon

Nói lắm thì hết lời khôn hóa rồ

À manger gloutonnement, on ne connaît plus la saveur des mets.

À parler immodérément, on finit par dire des sottises.

 

 

 

 

85. Biết thì thưa thốt Không biết thì dựa cột mà nghe Parle si tu sais

Mais si tu ne sais pas, appuie toi à la colonne pour écouter.

 

 

86. Đa ngôn đa quá

À parler beaucoup, on commet beaucoup d’erreurs.

 

 

87. Chửi cha không bằng pha tiếng

Railler quelqu’un en caricaturant sa voix est pire que l’insulter.

 

 


et dans vos actes :


 

88. Cái sẩy nẩy cái ung


Prends garde à ce que la bourbouille se trans forme en abcès

(une légère dispute peut dégéner en une haine tenace)


 

 

89. Một sự nhịn

Là chín sự lành

Ne pas céder à la colère une fois,

C’est se garantir pour neuf fois la tranquilité.

 

 

90. No mất ngon

Giận mất khôn

Le rassaiement fait perdre l’appétit, La colère fait perdre la sagesse.

 

 

91. Đánh chó ngó chúa

Avant de battre un chien, regarde qui est son maître.

 

 

Évitez surtout d’avoir des démêlés avec autrui :

92. Vỏ quít dầy có móng tay nhọn

L’écorce épaisse de mandarine doit s’attendre à être déchirée par des ongles pointus.

(À bon chat, bon rat)

 

 

93. Được kiện mười bốn quan năm

Thua kiện mười lăm quan chẵn

Si celui qui perd le procès perd 15 ligatures entières, Celui qui le gagne n’en perd pas moins 14 et demie.

 

 

94. Chưa đánh được người mặt đỏ như vang

Đánh được người mặt vàng như nghệ

Avant de battre son ennemi, on a le visage rouge comme le bois de vang

(rouge de colère)

Après l’avoir battu, on a le visage jaune comme du safran

(jaune d’inquíétude).

 

 

et de contracter des dettes :

 

 

95. Nhất tội nhì nợ

Sont désagréables en premier lieu les peines, En second lieu les dettes.


 

 

96. Cá vàng bụng bọ

Le cyprin doré a son ventre rempli de vers.

 

 

97. Mật ngọt chết ruồi

Les mouches se laissent prendre au miel sucré.

 

 

Le monde ayant la frivolité de juger les gens sur leur apparence plutôt que sur leur vraie valeur, ne dédaignons pas de donner au monde une bonne opinion de nous-mêmes par des vêtements décents :

98. Đói trong ruột không ai biết

Rách ngoài cật lắm kẻ hay.

La faim ne se voit pas au dehors,

Mais des vêtements déchirés sont aisément remarqué.

 

 

Cultivez les relations utiles :

99. Bán anh em xa

Mua láng giềng gần

Néglige tes frères lointains s’il le faut, Mais cherche à gagner tes voisins proches.

 

 

Ne cédez pas à la vanité :

100. Được tiếng khen

Ho hen chẳng còn

À vouloir gagner des éloges

On perd son souffle.

 

 

Ayez de la suite dans vos idées, mais ne vous obstinez pas contre l’évidence :

101. Già néo đứt giây

À trop serrer, on rompt la corde.

 

 

102. Già kén kẹn hom

À trop choisir, on tombe sur un mauvais parti.

(se dit surtout des filles qui veulent choisir un mari trop parfait, et qui risquent d’épouser à la fin un mari indigne)


Une bonne réputation étant le meilleur atout pour réussir, conservez-la précieusement, quelles que soient les circonstances.

103. Mua danh ba vạn

Bán danh ba đồng

Une réputation s’achète trente mille sapèques

Et se vend pour trois seulement.

 

 

Enfin, si la fortune est précieuse pour jouir agréablement de la vie, il est évident qu’elle n’aurait plus aucune valeur si celle-ci devait être perdue. Il faut donc savoir au besoin sacrifier les biens pour sauver sa vie.

104. Một mặt người, mười mặt của. La vie vaut dix fois plus que la fortune.

 

 

 

 

105. Người làm nên của Của không làm nên người L’homme crée la fortune

Mais la fortune n’a jamais créé l’homme.

(conseil donné aux malades et aux gens en procès qui hésistent à dépenser de l’argent pour se faire bien soigner ou pour être acquités).

 

 

II.- Préceptes d’une moralité discutable

 

 

Nous nous réservons de faire, à la fin de cet ouvrage, une étude d’en- semble de la psychologie de l’homme du peuple de chez nous. Qu’il nous soit permis dès maintenant, sans en rien préjuger, de faire remarquer que le modèle de l’homme du peuple différait sensiblement de celui du lettré. Tandis que celui-ci ne parlait que d’héroïsme :

Kiến nghĩa bất vi vô dũng dã

Rencontrer une occasion de faire son devoir et ne pas s’y dévouer, c’est être lâche.

 

 


de fraternité :


 

Tứ hải giai huynh đệ


Entre les quatres mers, tous les hommes sont frères.

etc, l’homme du peuple se montrait beaucoup moins enthousiaste pour ces vertus transcendantes. Il prêchait volontiers l’égoïsme :


106. Ăn cỗ đi trước

Lội nước đi sau

Au festin, va premier ;

Pour traverser un gué, va le dernier.

 

 

107. Ăn tìm đến

Đánh nhau tìm đi.

Recherche les endroits où l’on invite à manger, Fuis les endroits où l’on se bat .

 

 

108. Cái ách giữa đàng

Mang quàng vào cổ

Ne commets pas la sottise, si tu rencontres en chemin une affaire épineuse,

De te l’attacher au cou .

 

 

109. Ăn no nằm ngủ Chớ bầu chủ mà lo. Mange bien et dors bien,

Mais ne garantis jamais les dettes d’autrui si tu ne veux pas avoir des sujets d’inquiétude.

 

 

 

 

110. Cháy nhà hàng xóm Bằng chân như vại Quand le feu est chez soi

On reste bien tranquille chez soi.

 

 


La farniente :


 

111. Lắm thóc nhọc xay


Qui a beaucoup de paddy aura beaucoup de peine pour le décortiquer.

 

 


L’opportunisme :


 

112. Đi nước Lào ăn mắm ngóe


Si tu vas au Laos, mange de la saumure de grenouilles

(ce plat étant réputé, à tort ou à raison, être un mets national des

Laotiens).


 

 

113. Đi với Bụt mặc áo cà sa

Đi với ma mặc áo giấy

En compagnie de Bouddha, revêts des habits de bonze ; En compagnie des fantômes, revêts des vêtements de papier.

 

 

(Fantômes : gens redoutables. Quand on célèbre le culte des morts, il est d’usage de leur offrir des vêtements faits en papier qui seront brûlés).

 

 

114. Gió chiều nào che chiều ấy

Protège-toi du vent suivant la direction d’où il souffle.

 

 

115. Nhập gia tùy tục

Đáo giang tùy khúc

En entrant dans une famille, on doit en adopter les coutumes, En naviguant sur un fleuve, on doit en suivre les méandres.

 

 


Le cynisme :


 

116. Cười ba tháng, ai cười ba năm ?


Laisse les gens rire trois mois, ils ne riront pas jusqu’à trois ans.

 

 

117. Ai cười hở mười cái răng

Celui qui rit de toi ne fera que découvrir ses dix dents .

(il ne fera du tort qu’à lui-même).

Gửi ý kiến của bạn
Tên của bạn
Email của bạn